L’entrée du journal Cumhuriyet, un des quotidiens d’opposition de référence et un des plus vieux du pays est surveillé et protégé par la police depuis octobre 2016 suite à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet. Onze journalistes ont été incarcérés depuis.

Dans le coin de la pièce, Sabuncu Katgürsel n’est pas à son bureau: il est en prison. Les journalistes vivent à côté du souvenir permanent qu’est l’absence de leur collègue. Une force pour le rédacteur en chef Bülen Özdogan qui y voit une façon de continuer à faire son métier correctement, pour ceux qui en ont payé le prix.

Face aux milliers de vues d’un tweet ou d’une vidéo, Nazan Özcan regrette la baisse d’intérêt de la population dans la recherche d’information : “J’ai l’impression que les gens ne veulent pas voir ou lire la vérité, il y a une atmosphère étrange qui s’est établie, les gens croient plus facilement en ce qui n’est pas vrai. Cette atmosphère aecte fortement le journalisme."

L’entrée du journal Cumhuriyet, un des quotidiens d’opposition de référence et un des plus vieux du pays est surveillé et protégé par la police depuis octobre 2016 suite à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet. Onze journalistes ont été incarcérés depuis.

1/19