« Ici le Ramadan c'est facile, les jours sont plus courts qu'en France et on se sent porté par une atmosphère, une ambiance. » estime Mucahit avant que Bilal ne l'interrompe, « c'est surtout que tu te lèves tous les jours à 14 h ! ». La famille turque qui partage leur table est intriguée par les trois jeunes hommes, Ramazan explique au père de famille les raisons de leur présence à Istanbul. Il n'avait jamais imaginé que de jeunes français puissent suivre des études de théologie en Turquie.